Grève annoncée, mais la vie a repris

La grève de deux jours lancée par les membres de l’opposition anarchiste, en vue de chambarder l’ordre au pays, n’est pas respectée. Les écoles, le commerce, le transport public, refusent, cette fois, d’être le dindon de la farce de politiciens criminels, comme ce fut le cas la semaine passée.

C’est ce qu’annoncent les premières éditions de nouvelles de ce lundi 26 novembre 2018. Après une semaine de désordre organisé avec pour objectif de créer le chaos, les citoyens cloitrés depuis dans l’enceinte de leur maison décident de se moquer de ce nouvel appel à la grève des dirigeants de l’opposition, dite stérile.

La présence des tap-tap dans les rues et le petit commerce étaient prévisible mais ce qui a surpris tôt ce matin c’est la présence des écoliers en uniforme  dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Signe d’un refus de la démarche de trouble, propre aux anarco-populistes.

Le centre-ville s’est réveillé en activité et les bureaux publics ont commencé très tot à ouvrir leurs portes aux fonctionnaires.

Des Porte-paroles, comme Evalière Beauplan, Sénateur en fonction, avaient lancé des appels d’une violence grave qui avaient étonné les citoyens et les pousser jusqu’à se questionner sur la santé mentale de ceux-là qui avaient perdu toutes les élections depuis 2010, mais qui jurent de s’accaparer du pouvoir, de temps en temps, par la formule de trouble public en vue d’un “gouvernement de transition”.

SC/DI

Be the first to comment on "Grève annoncée, mais la vie a repris"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*